logo Wolbe bleu
EC-Wolbe-horizontal
Basket (0) Close
No products in the cart.

Comment s’habiller pour éviter de transpirer ? la transpiration

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Êtes-vous déjà arrivé transpirant ou froissé au bureau, dans votre chemise ou votre manteau, après avoir marché seulement 15 minutes pour rejoindre le métro ? Évidemment !! Parce que notre transpiration est liée à notre activité et à notre niveau de stress, nous sommes autant concernés par ce problème en menant nos vies trépidantes en ville que quand nous faisons du sport. Le challenge, c’est de rester présentable ensuite devant nos clients ou notre équipe ! Comment s’habiller pour éviter de transpirer et rester élégant ? Quelles matières utiliser ? Nous traitons le sujet aujourd’hui pour vous éviter à l’avenir les chemises qui collent à la peau !

Pourquoi et comment transpirons-nous ?

La transpiration, c’est l’instrument choisi par le corps pour réguler sa température autour de 37 °C. Ainsi, suite à un effort physique, une exposition à la chaleur ou même une situation de stress (le corps anticipe alors l’augmentation de température liée au combat ou à la fuite !), un mécanisme naturel va se mettre en place.

Sur ordre de notre hypothalamus, nos 3 millions de glandes sudoripares intégrées dans le derme vont s’activer pour emprisonner la chaleur du corps dans de minuscules gouttelettes, et les évacuer par les pores de l’épiderme. Cette évaporation va refroidir le corps (si nos vêtements ne l’empêchent pas !) et ainsi faire baisser notre température.

Les glandes sudoripares, réparties sur tout le corps, sont plus concentrées au niveau de la plante des pieds, de la paume des mains, du front, des aisselles et du torse. C’est pour ça que nous transpirons davantage dans ces zones-là.

Elles sont de deux types. D’abord les glandes eccrines, les plus nombreuses. Elles évacuent en moyenne 0,8 litres de transpiration par jour, par les pores de la peau. Le liquide évacué est constitué à 99% d’eau et de sels minéraux. Les glandes apocrines sont, elles, situées sous les aisselles et autour du pubis. Elles sont rattachées à un poil et non un pore. Elles éliminent quelques millilitres par jour d’un liquide plus visqueux (il comprend du sébum), riche en protéines et même en phéromones.

La transpiration n’a pas d’odeur ! Mais les bactéries présentes sur notre peau (plus de 10 millions de staphylocoques ou corynébactéries rien que sous nous aisselles) se nourrissent des protéines du liquide des glandes apocrines…et produisent des déchets malodorants quand ils rentrent en décomposition ! Évidemment, les poils, les replis et les milieux peu aérés vont accentuer cet environnement défavorable.

Récemment, une équipe de chercheurs de l’université d’Oxford a même découvert que ces « déchets », très légers, donc très volatiles, voyagent. Ils sont transportés par nos vapeurs naturelles grâce à une protéine produite par notre propre transpiration (https://elifesciences.org/articles/34995).

En résumé, voilà un film pédagogique très bien fait par les hôpitaux de Genève.

Pour réduire l’impact de ce phénomène combiné (transpiration = odeurs) le choix de nos vêtements est donc capital. Il faudra d’abord sélectionner les bonnes superpositions de couche de vêtements, et ensuite choisir les bonnes matières pour permettre une THERMOREGULATION idéale.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *