logo Wolbe bleu
EC-Wolbe-horizontal
Basket (0) Close
No products in the cart.

Comment s’habiller pour éviter de transpirer ? les meilleures matières

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

La transpiration est un enjeu majeur du vestiaire de ville. En effet, il est difficile d’enlever sa chemise une fois arrivé au bureau, comme on le fait avec son tee shirt après un entraînement. Comment s’habiller pour gérer en même temps la sensation de tissu mouillé dès qu’on accélère et les odeurs qui apparaissent ? Nous avons traité la question en trois parties :

  • pourquoi et comment on transpire ? (lien vers l’article ici)
  • quelles sont les meilleures matières anti transpiration ? c’est l’article d’aujourd’hui !
  • comment superposer les bonnes couches de vêtements pour ne pas transpirer (lien vers l’article ici)

Après avoir compris que la transpiration est une réaction mécanique au stress et à l’effort, nous expliquons aujourd’hui quelles sont les meilleures matières pour gérer ces inconvénientsAutant le dire tout de suite, les matières naturelles (laine, Tencel, lin) sont bien plus performantes que les matières synthétiques (polyester, nylon).

  • la laine merinos est la seule matière optimale : elle “respire” et neutralise les odeurs
  • le Tencel ou Lyocell est une alternative très performante
  • le coton ne sèche pas assez vite
  • les matières synthétiques sèchent très vite mais ne contrôlent pas les odeurs

C’est parti !

 

Contrairement à nombre d’idées reçues la LAINE est la meilleure matière en terme de gestion complète de la transpiration. Elle absorbe l’humidité, thermo régule, sèche vite et neutralise les odeurs.

 

Il suffit de regarder une coupe microscopique des différentes fibres textiles pour s’en convaincre.

 

A l’instar de nos cheveux, la laine (les 4 premières fibres en partant de la gauche) est constituée de milliers d’écailles qui se superposent comme des tuiles. Ce qui n’est pas du tout le cas des autres fibres. Regardez le polyester à l’extrémité droite : il est complètement lisse !

 

  • Cette structure en écailles et le côté ondulé de la fibre, piège l’air dans de multiples petites poches, et freine sa circulation. C’est un parfait isolant. Elle garde au frais quand il fait chaud, et au chaud quand il fait frais. Cet effet thermorégulateur maintient une température optimale et évite de déclencher le mécanisme de transpiration.
  • La laine a aussi une très forte capacité d’absorption d’eau (jusqu’à 30% de son poids, tout en paraissant sèche). Elle est hydrophile. C’est 120 fois plus que le polyester ! Pas de sensation d’humidité contre la peau, donc.

Plus on choisira une laine fine, meilleure sera la sensation et la performance ! Pour information, la laine merinos fait entre 11 et 24 microns, la laine shetland 40 microns et un cheveu 60 microns.

 

C’est donc la laine merinos, cette matière noble, qu’il faudra privilégier. Sa finesse est déterminée par les grades super 100, super 120, super 130. Elle n’a absolument rien à voir avec la laine classique telle que vous l’imaginez (qui gratte, tient chaud, peluche) : la laine merinos est luxueuse, très fine, douce, fluide et ressemble à un tissu tout à fait normal quand elle est tissée.

Autre argument clé. En termes d’odeur, la laine démontre une performance inégalée. Elle absorbe l’humidité sans laisser proliférer les bactéries malodorantes. Sans doute grâce à la lanoline qu’elle contient. Elle retient 66% moins d’odeurs que le polyester et 28% de moins que le coton.

 

Une étude réalisée par l’université de Gent en Novembre 2014, montre qu’elle performe mieux que chacun de ses concurrents en terme non absorption / évacuation des bactéries (analyse sur des T-shirts portés après une session de vélo et 28 heures de repos).

Voilà pourquoi un vêtement en laine merinos ne sent quasiment pas la transpiration. Vous pourrez lire ici et là qu’on peut porter un tee-shirt ou une chemise en laine mérinos pendant 1 semaine sans le laver. C’est effectivement possible ! Et ça préserve la planète en terme d’eau consommée pour le lavage.

Avantages : thermorégulation optimale, meilleure performance anti-odeurs. La matière idéale !

Inconvénients : séchage moins rapide que le polyester.

Le Tencel® ou Lyocell, une matière optimale

Le TENCEL®, est une fibre issue de la pulpe de bois (hêtre ou bambou) dont nous avons déjà parlé dans un article de ce blog.

 

Cette matière présente des très bonnes qualités de thermorégulation et de séchage. Elle garde 13% d’humidité sans montrer de sensation désagréable. Elle est plus performante que le coton dans ce domaine.

 

En ce qui concerne la gestion des odeurs, il est juste en-dessous de la laine (qui garde une structure mécanique optimale) mais supérieur au coton. C’est donc notre deuxième option dans cette sélection de matières anti transpiration.

Avantages : très bonne absorption et séchage, bonne gestion des odeurs, sensation de fraicheur

Inconvénients : le tissu est fluide en terme de sensation

Il existe d’ailleurs aujourd’hui des “premières couches” en laine merinos ou en Tencel qui permettent d’être élégant et performant. Voici quelques exemples des nôtres.

Le coton est une matière qui ne sèche pas rapidement

Le COTON, matière végétale la plus répandue, est hydrophile. Elle absorbe complètement la transpiration. Et paradoxalement, elle accentue le refroidissement du corps parce qu’elle sèche très lentement. Beaucoup plus lentement que la laine et le polyester. C’est donc la sensation de tissu mouillé qui fait baisser la température du corps… Mais ce n’est vraiment pas agréable !  

Si vous gardez un tee-shirt en coton a l’air libre, en été, sans effort significatif, aucun problème, vous resterez au sec. Mais une seule petite accélération va rendre la sensation très désagréable. Idem pour une chemise en coton, en hiver, sous une veste ou un manteau…

En termes d’odeurs, la fibre de coton absorbe garde les bactéries malodorantes prisonnières de ses fibres. 

 

Par contre, comme le coton est hydrophile, il absorbera parfaitement l’eau et les agents actifs du lavage. Toutes les bactéries malodorantes devraient donc être éliminées après une bonne machine. Ce qui n’est pas le cas avec du polyester ou du nylon

Avantages : absorption optimale, disparition des odeurs au lavage

Inconvénients : séchage long (sensation de vêtement humide contre la peau)

le coton, une matière anti transpiration moyenne

Le lin et la viscose sont des matières alternatives

Le LIN, la fibre végétale la plus écologique, a des propriétés très proches, voir meilleures que celles du coton en termes de performance.

 

Ses pectines hydrophiles liant les fibres entre elles lui permettent d’absorber jusqu’à 20% de leur poids en humidité, sans changer de sensation au toucher. L’effet thermorégulateur de ces mêmes pectines va nous conserver au frais en été. Pour les odeurs, les observations sont similaires au coton.

Avantages : absorption optimale, thermorégulation, disparition des odeurs au lavage.

Inconvénients : la fibre n’est pas très douce et froisse (mais le lin tricoté est agréable)

La VISCOSE, un dérivé de pulpe de bois comme le Tencel® (mais traité chimiquement de façon beaucoup moins éco-responsable) a par exemple été analysée -dans la même étude de l’université de Gent – comme sans bactérie malodorante. Ce sera donc un choix pertinent pour les doublures intérieures.

Les matières synthétiques sont très mauvaises en terme d'odeurs

Vous l’aurez deviné, les fibres synthétiques (POLYESTER et POLYAMIDE -nylon, élasthane-) ne sont pas aussi performantes qu’on l’imagine.

Un peu paradoxal quand on connait leur généralisation dans le sport, non ? En fait elles sont très mauvaises dans la gestion des odeurs…

Encore une fois, c’est très rationnel quand on analyse la structure moléculaire de ces matières. Issues de la pétrochimie -donc de ressources non renouvelables de la planète-, elles ont trois propriétés qui les opposent aux fibres naturelles :

  • Elles sont hydrophobes: elles ne supportent pas l’eau. Elles vont donc très rapidement repousser l’humidité sur une grande surface (vers l’extérieur ou à l’intérieur du corps). Ce qui va accélérer le séchage…si on est à l’air libre
  • Elles sont lipophiles: elles adorent les substances huileuses. Et les bactéries – malodorantes comprises- voyagent dans celles-ci. Les fibres synthétiques vont malheureusement garder précieusement ces huiles en évacuant l’eau. Petit à petit leur concentration va donc s’accroitre dans le tissu.
  • Enfin, elles sont un aimant puissant pour au moins une bactérie malodorante, le micrococcus. Qui n’aime pas l’environnement des fibres naturelles.

Ces propriétés sont donc idéales  pour accélérer l’évacuation de la transpiration (à l’air libre), mais désastreuses dans la gestion des odeurs !

Le tableau ci-dessous (issu de la même étude de l’université de Gent de novembre 2014) montre très clairement que les odeurs perçues dans un tee-shirt en polyester après un effort physique intense sont bien plus désagréables (0 = neutre , 10 = insupportable) que pour un tee-shirt en coton.

 

Même lors d’un lavage, l’hydrophobie des fibres synthétiques va repousser les agents nettoyants et emprisonner l’huile. L’odeur ne disparaitra donc pas et va même augmenter au fil du temps. Toute médaille a son revers…

Et si aujourd’hui des traitements biocides existent pour remédier au problème des odeurs, ils sont essentiellement chimiques (nanoparticules comme ions d’argent, zinc..). Ils se superposent au vêtement en fin de production (finishing). Mais soit ils disparaissent après quelques lavages, soit leur innocuité n’est pas encore prouvée. C’est ce que démontre une étude de 60 millions de consommateurs.

Avantages : évacuation maximale de l’humidité (à l’air libre), séchage très rapide.

Inconvénients : des odeurs tenaces…qui ne partiront pas au lavage

Au final, quelles sont les bonnes matières pour gérer la transpiration ?

Vous avez compris que pour moins transpirer, la matière que vous portez sur la peau doit absorber facilement la transpiration, et l’évacuer rapidement vers l’extérieur. Pour ne pas avoir d’odeurs, il faut que la matière ne garde pas en elle les bactéries issues de la transpiration.

Votre première couche doit idéalement être en laine merinos, tencel ou lin si vous avez prévu un minimum d’efforts ou de stress. Le coton est envisageable si vous ne portez pas de deuxième ou troisième couche. Pour le laisser sécher.

Votre deuxième et troisième couches dépendront de votre exigence en terme de protection. Il faut néanmoins qu’elles soient respirantes. Rien ne sert d’acheter un blouson blazer ou un car coat complètement imperméable avec des zips sous les aisselles, si vous gardez une chemise en coton !

Les matières synthétiques sont à éviter si vous voulez proscrire les odeurs.

Mais elles restent très performantes sur l’évacuation de la transpiration !

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour choisir au mieux vos vêtements. Et si vous n’avez pas d’idée, sachez que le vestiaire de WOLBE a été conçu exactement pour éviter de transpirer…

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

1 Comment

  1. Franck
    18/04/2020

    Bonjour,
    Ces informations sont essentielles dans le choix de nos vêtements et notamment ceux pour aller au bureau. Rien de plus désagréable d’avoir des auréoles sous les bras et en plus de ressentir une odeur de transpiration.
    J’ai pu tester la chemise WOLBE et la sensation de rester sec en ne ressentant aucun signe d’humidité sous les aisselles même sous une veste et une surveste est très agréable surtout en deuxième partie de journée. On reste frais et pas de signe d’auréoles sous les bras (vis à vis des collègue de bureau c’est un vrai plus).
    J’attends le développement de la gamme WOLBE pour un choix plus important dans les chemises.
    Franck

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Invite & Earn

X
Signup to start sharing your link
Signup